Spanish lesbian resort Lesbian travel voyages lesbiennes viajes lesbianas lesbischer spielraum lesbische reis
follow me on facebook

Niché parmi les vergers d’avocat, mangue et bambou...

 ...se trouve Bambú

Jouissez de...

Vues à vous couper le souffle

Paysages maritimes et montagneuses spectaculaires

Solitude, intimité et repos

Grandes terrasses attrayantes

Piscine sensationnelle

Localisation parfait pour explorer la côte, les villages montagneuses et les villes historiques

Hébergement de qualité avec cuisine

Et la compagnie des autres voyageuses comme vous








Relaxez-vous – explorez – etiez soi-même – allez Bambú

hôtels lesbiens Espagne - vacances lesbiennes Espagne

hébergement lesbien - hôtel lesbiennes

voyage lesbien - lesbiennes espagne - resort lesbiennes

reservations@bambu-resort.com

tel. 00 34 693 66 33 06



Blog! Actualités Voyages pour Lesbiennes


OK, je sais que cet article ne porte pas sur Bambú mais je crois que cela donne un avant-goût du genre de vacances dont bénéficient les lesbiennes. Et Bambú est très bien une belle destination rurale, un peu différent de la majorité. Si vous aimez les centres touristiques commerciaux de Benidorm et Marbella, alors vous ne serez pas comme Bambú. Mais si vous aimez une expérience culturelle fabuleuse dans un cadre magnifique et si vous aimez faire de nouveaux amis de partout dans le monde, puis venir à Bambú …


Les lesbiennes sont aussi de grandes voyageuses, mais sûrement plus discrètes que les gais, qui sont reconnus pour leurs nombreux périples souvent onéreux. Mais où vont-elles en vacances? Quels sont leurs destinations?


Destinations plein-air

Reconnues pour leur esprit sportif, amantes de la nature et du plein air, les lesbiennes profitent souvent des vacances pour aller se ressourcer dans les bois. Elles privilégient alors la location de chalets dans un paradis perdu, les semaines de pêche dans une pourvoirie, les forfaits alliant la nature et les activités sportives le jour, et les bons repas le soir.

Selon les experts, le camping gagne en popularité de 10 % par année depuis 1997.

Rencontrées au magasin La Cordée sur Sainte-Catherine Est, Geneviève et Catherine viennent faire leurs derniers achats pour la semaine de camping. Les accessoires qu’elles recherchent n’ont rien de rustiques : cafetière raffinée, vaisselle qui n’a rien de la gamette en aluminium ou acier émaillé d’antan et minuscule lampe à faisceau puissant. Elle est très loin, l’époque de mon scoutisme pittoresque. Mais faire du camping, n’est-ce pas tout mettre en œuvre pour se donner de la misère? « Bien au contraire, le mot d’ordre étant l’organisation. Avec un peu d’expérience, une bonne planification, des achats réfléchis qui augmentent le confort d’année en année, le camping, même le camping sauvage, est de tout repos! Par exemple, nous emportons une cafetière espresso, des bouteilles de bons rouges et du fromage fin. Pas nécessaire de se priver! Il suffit d’établir une liste de priorités et de choisir en conséquences.»

Pour Manon, le camping est synonyme de grands voyages. Avec sa conjointe Pascale, elles ont économisé depuis quelques années pour s’acheter un motorisé de 18 pieds. « Je sais que pour plusieurs, c’est ultra-kitch et ça sonne pépère. Bon, j’avoue, je suis dédaigneuse et j’aime le confort. C’est pourquoi nous voyageons en escargot avec notre maison. Il arrive que nous devions nous arrêter dans des terrains surpeuplés, avec les marmailles et les chansons de bivouac jusqu’à 23 h. Mais la plupart du temps, nous nous arrêtons en chemin. Nous aimons beaucoup la côte est des États-Unis, nous arrivons des Rocheuses et de Banff. L’an prochain, ça sera la côte ouest», lancent-elles triomphalement.

Comme bien des lesbiennes, Manon et Pascale ne voyagent pas dans le circuit gai. Ce genre de voyages semble réservé aux gars ou à quelques lesbiennes initiées. Pour la plupart, elles effectuent des itinéraires ou des forfaits non-spécifiquement gais.

Selon Louise Richard, accompagnatrice de voyages organisés en Europe, « les lesbiennes que je connais voyagent de la même façon que les hétérosexuels. Dans les groupes, elles se fondent au reste des gens et jamais je n’ai eu des demandes spéciales, par exemple, pour une adresse de bar gai, faire un détour pour visiter un lieu renommé pour femmes ou manger dans un bistro lesbien. Elles sont discrètes et se fondent dans le groupe. Pour les autres voyageurs, elle est simplement une célibataire.» Mme Richard ajoute par contre que les lesbiennes, souvent en couple ou en petits groupes, vont effectuer des visites culturelles. Par exemple, cet été, j’ai vu des femmes louer une minie-fourgonnette pour faire le circuit Québec-Montréal-Ottawa afin de visiter les trois magnifiques expositions Kriegoff-Les impressionnistes-Renoir. Les lesbiennes ont le loisir de faire ce genre d’excursions, et souvent, elles achètent alors beaucoup de souvenirs et fréquentent les boutiques d’antiquaires et de décoration.»


Voyages lesbiens

Bien qu’elles ne semblent pas privilégier les voyages typiquement lesbien, les femmes qui découvrent les destinations gaies en reviennent généralement enchantées. Sophie Girard, 34 ans, arrive de Provincetown : « Je pensais que ça ressemblait à Old Oldchard. Je m’en veux de ne pas y être allée avant, je ne voulais pas revenir! Je veux m’acheter une maison sur le bord de la mer : je suis folle de cette vie où les lesbiennes sont reines. Wow! La vie y est trop cher pour y passer tout un été. Mais pour deux semaines, c’est le paradis! J’ai mangé des huîtres fraîches avec de la bière à 11 h du matin au Lobster Pot, je suis allé à des t-dance, et dans les boîtes de nuit. Oui, le paradis!» Quand on pense que la majorité des lesbiennes du Québec ne sont jamais allées à Provincetown ou Key West! Et que dire des classiques voyages en Grèce et la mythique île de Lesbos, ldes escapades à Paris, des croisières pour femmes chez Olivia...

Les lesbiennes commencent à apprécier les destinations spécialisées. Mais il faut dire que les voyagistes développent de plus en plus ce marché. Chez club Exotica, des destinations soleil pour gais et lesbiennes sont disponibles et ce, pour le même prix que les forfaits standards.


Une nouvelle destination

Selon Steve Pépin, agent de voyages au centre-ville, les lesbiennes aiment les lieux sécuritaires où elles ne se feront pas harceler. Elles aiment donc les forfaits tout compris comme Cayo Coco ou Cayo Largo à Cuba, les clubs Med au Mexique, ou Puerto Vallarta, qui est aussi très prisée par les gais. Dans les formules clubs, les femmes peuvent vivre des vacances exceptionnelles, surtout si elles sont en couple, car elles demeurent discrètes.

Il y a 6 ans, la destination pour gais la plus populaire était Puorto Rico. Elle est maintenant délaissée par les gais, mais les lesbiennes y sont très présentes! Sur l’Île de Vieque, elles se retrouvent, provenant de l’Australie, de la Martinique et d’Europe. C’est la destination la plus in de l’heure. On peut y faire du camping ou loger dans des hôtels 3 étoiles. Gérée par des femmes, l’île de Vieque est réservée aux femmes. Aucun homme n’est accepté! Ainsi les Antillaises qui recherchent quelque intimité n’ont qu’à s’y rendre par bateau pour 80 $ US, et toutes les lesbiennes du monde, de toutes les classes sociales, s’y réfugient.

Bon voyage!


… de fugues.com

Semaines pour les femmes voyageant seules chaque mois de Mai à Octobre

De Maures à l'Inquisition Espagnole - semaines avec 4 excursions organisés à quelques-uns des sites les plus étonnants de l'Andalousie -  6 à 13 Mai 2017 & 11- 18 Novembre 2017

“Walk on the Wild Side” semaines des spécialistes pour la randonnée 28 Octobre - 4 Novembre 2017 & 7-14 Avril 2018